Baromètre 2011

Les Français s'estiment inégaux en matière de santé

La Fondation APRIL Santé Equitable a publié la 1ère édition du baromètre de l'équité en santé en Novembre 2011, en collaboration avec l'Association des Assurés d'April et avec le concours de l'institut LH2.

Les Français s’estiment inégaux en matière de santé. 70% des Français pensent qu’aujourd’hui dans notre pays, tout le monde n’a pas les mêmes chances d’être en bonne santé ou de le rester. En cause : les conditions de travail (74%), les revenus (71%) et le lieu d’habitation (63%).

Le système de soins français est jugé « inégalitaire » par un français sur deux (52%), notamment à cause du « prix élevé des soins et des médicaments », du « manque de médecins et d’hôpitaux » à certains endroits et des « niveau insuffisants de remboursement par la Sécurité Sociale ».

Quand on évoque leur propre responsabilité dans le déficit de l’Assurance-Maladie, les Français sont 46% à estimer « être un peu à l’origine du déficit de la Sécurité Sociale », loin devant l’Etat (20%), les labos (18%) ou encore les médecins (6%). Les Français prennent conscience du rôle actif que chacun peut jouer dans le maintien d’une protection sociale de qualité.

Interrogés sur les actions à mener pour réduire ce déficit, une large majorité (62%) de Français estime que chacun « doit adopter un comportement plus responsable pour limiter ce déficit ». Les Français privilégient l’attention à l’alimentation et l’hygiène de vie (82%), puis la réduction de leur consommation médicale (78%) et une baisse du nombre de consultations (65%). Cependant, près d’un tiers des Français considèrent que l’Etat a un rôle clé à jouer dans la réduction du déficit.

Malgré les inégalités de santé perçues et le déficit de la Sécurité Sociale, les Français sont attachés au système actuel de santé et de soins.

Aucun scénario de réforme du système de santé n’emporte d’adhésion claire. Ils sont néanmoins 76% à accepter l’idée de « mieux rembourser les personnes les moins consommatrices de soins ». En revanche, 64% d’entre eux rejettent la proposition de « rembourser moins les personnes qui auraient des comportements dits à risques (consommation de tabac ou d’alcool) ». Les Français restent donc solidaires.

Les Français sont aussi en faveur du maintien d’une médecine de proximité. Ainsi 72% des personnes interrogées rejettent la proposition de « privilégier la qualité générale de la prise en charge des malades au sein d’établissements de grande taille plutôt que de maintenir des petits établissements de proximité ».

Méthodologie :
Cette étude LH2 a été réalisée auprès d'un échantillon de 1006 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, du 11 au 16 avril 2011. L'échantillon a été structuré selon la méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de famille) et stratifiée par région et catégorie d'agglomération.

revenir en haut de la page
Toutes les vidéos de la Fondation APRIL
Partenaires - Liens utiles
Mentions légales - Plan du site
  Fondation APRIL
114 boulevard Marius Vivier Merle
69439 LYON Cedex 03

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Tél. : 04 26 10 13 47
Fondation APRIL - Tous droits réservés
Administrationkiweerouge

Afin de toujours vous proposer un contenu de qualité, merci de bien vouloir compléter ce formulaire pour télécharger votre document.
Nom Prénom

Donnée invalide
Email*

Adresse email obligatoire
Profil

Donnée invalide