- -

Retour sur la conférence des aidants organisée par la Fondation APRIL au Parc OL

Bruno Rousset, Président de la Fondation APRIL et du groupe APRIL a rappelé l’engagement du groupe en termes d’organisation des solidarités et de mutualisation des risques. Assurer des personnes atteintes de maladies ou âgées et s’impliquer auprès des collaborateurs en situation d’aidant sont des enjeux majeurs. Bruno Rousset a également souligné le soutien apporté par la Fondation APRIL à des projets destinés aux aidants. 

Bruno BONNELL, est intervenu en grand témoin pour faire part de son expérience d’aidant, qu’il décrit comme une source d’énergie et de joie, une « mission de vie». Le Président de Robolution Capital a également évoqué l’aide que pourraient apporter les machines pour se libérer du temps à consacrer aux rapports humains : « La robolution ne laissera plus de temps pour ne plus s’occuper de l’autre ».

Les derniers résultats du Baromètre des aidants et de l’Observatoire connecté ont été présentés pour dresser un état des lieux de la situation des aidants. Nathalie HASSEL, Directrice de la Fondation APRIL et Anne-Laure GALLAY, Directrice des études institutionnelles de l’Institut BVA ont démêlé le vrai du faux d’un certain nombre d’idées reçues.

Idée reçue n°1 : L’aidant c’est l’autre :

Les études réalisées ont mis en évidence que 68% des Français ne connaissent pas le terme « aidant » et 69% des aidants ne se considèrent pas comme tels.

Pourtant, à la question : Vous-même, actuellement, apportez-vous régulièrement et bénévolement une aide à un (ou plusieurs) proche(s) malade(s), en situation de handicap ou dépendant(s) (que cette personne vive chez vous, à son domicile ou en institution) ?
19% des Français disent aider un proche soit près de 11 millions de personnes en France.

Idée reçue n°2 : Les aidants ont le même profil :

Le baromètre des aidants révèle une réalité beaucoup plus nuancée. La communauté des aidants est composée de 56% de femmes et 44% d’hommes. La majorité des aidants a plus de 50 ans mais un quart a moins de 35 ans et 8% ont moins de 25 ans. Les aidants sont des actifs (58% travaillent) qui aident leurs parents (pour 42% d’entre eux) mais aussi des proches en situation de dépendance ou de handicap.

Idée reçue n°3 : « Les aidants sont tous égaux entre eux »

Un tiers des aidants sont seuls à aider leur proche alors que 68% se partagent l’accompagnement. La plupart des aidants aident une personne mais un tiers déclare aider deux personnes ou plus. Seuls 15% des aidés vivent avec leur aidant. La majorité des aidés vit à leur domicile ou en institution.

Le temps passé par les aidants à s’occuper de leurs proches est très variable : 41 % des personnes interrogées consacrent moins de 5 heures par semaine à leur rôle d’aidant. Un tiers des répondants déclare aider de 10 heures à plus de 20 heures par semaine, soit  3,5 millions de personnes rapporté à la population française.

Idée reçue n°4 : « Une de leurs principales difficulté est financière »

Le manque de ressources financières n’arrive qu’en cinquième position des difficultés remontées dans le baromètre des aidants. Le manque de temps, la fatigue physique, la complexité des démarches administratives et le manque de compétence pour réaliser les soins sont cités en priorité. Dans l’observatoire connecté, les aidants font état d’un « parcours du combattant » en matière de démarches administratives et d’une grande complexité au niveau des formalités médicales.

Idée reçue n°5 : « Les aidants sont des victimes »

Les aidants font face au quotidien à des situations difficiles dont les impacts sont ressentis au niveau de la vie professionnelle, des relations familiales mais aussi de la santé et du moral. En effet, les aidants manquent de temps pour prendre leurs propres rendez-vous médicaux et se posent de nombreuses questions sur l’avenir. Cependant, 84% des personnes interrogées affirment que la situation d’aidant a des effets plutôt positifs sur leurs relations avec l’aidé, donnant ainsi un nouveau sens à leur vie.

Fabienne ERNOULT, Déléguée Générale RSE et de la Fondation APRIL, a rappelé l’implication de la Fondation pour  « comprendre la situation des aidants et agir à leurs côtés ».

Dans cet esprit, la Fondation APRIL soutient deux initiatives majeures sur le territoire lyonnais, présentées à mi-parcours de leur construction.

  • Un projet dématérialisé et digital : la plateforme TEMPO. Cet espace d’information et de services est développé par Handicap International. L’interface regroupera articles, tutoriels, forum et vidéos pour répondre aux besoins des aidants.
Pauline RESTOUX, Directeur de projet de la plateforme digitale et Manuel PATROUILLARD, Directeur Général de la Fédération Handicap International ont présenté au public la plateforme Tempo, dont le lancement est prévu courant octobre 2017.
  • Un projet physique : la maison de répit. Ce lieu d’hébergement et de services aura pour objectif d’accueillir des personnes malades ou en situation de handicap et s’ils le souhaitent leur proche aidant pour un séjour de soutien et d’accompagnement.
Henri DE ROHAN-CHABOT, Fondateur et Délégué Général de la Fondation France Répit et Christelle GESLER, Administratrice de la Fondation France Répit, ont présenté la future maison de répit dont l’ouverture est prévue en 2018.

Ces projets, d’influence et d’inspiration internationale, s’inscrivent dans une volonté d’offrir soutien et accompagnement aux aidants. Ainsi, à l’issue de la conférence, les personnes présentes ont été invitées à co-construire ces deux projets en s’inscrivant à l’Open Lab des aidants. Cette plateforme collaborative a pour objectif d’associer les participants à l’évolution des projets en donnant leur avis.

Dernières actualités

La Fondation APRIL a organisé le 16 octobre à Lyon une conférence santé sur le thème de l’hyperconnexion

La Fondation APRIL, en collaboration avec Handicap International, a organisé le 8 octobre dernier la rencontre des partenaires Hizy !

La Fondation APRIL publie les résultats 2019 de son Baromètre des aidants

La Fondation APRIL vous invite à sa conférence publique sur l’hyperconnexion le 16 octobre à Lyon

Votre vie privée est importante pour nous.

Nous collectons uniquement des informations non sensibles sur votre navigation. Vous pouvez consentir à l'utilisation de ces cookies en cliquant sur ACCEPTER.