- Comprendre -

Baromètre et études Aidants

2021

Baromètre des aidants

Pour la septième année consécutive, la Fondation APRIL, en partenariat avec l’Institut de sondage BVA, publie les résultats de son Baromètre des aidants. Ce Baromètre étudie la perception des Français quant à l’univers des aidants et leurs proches, leur profil, leur quotidien, leurs attentes et leurs besoins, en matière de santé, d’accompagnement ou de législation.

Depuis 2015, la Fondation APRIL constate une hausse continue de la connaissance du rôle d’aidant en France et une meilleure visibilité du terme « aidant ». Pourtant, seul 1 Français sur 2 connait ce statut, le chemin à parcourir pour une reconnaissance totale et une prise en compte des besoins spécifiques des aidants par la société reste long.

Cette méconnaissance induit une forme d’isolement pour les aidants et parfois de l’incompréhension de la part de leur entourage, notamment professionnel, alors que 2/3 d’entre eux sont des actifs (+ 4 points vs. 2020) : ainsi, 1 aidant sur 2 se dit « isolé » ou « démuni » dans sa situation.
2020

Baromètre des aidants

Pour la sixième année consécutive, la Fondation APRIL, en partenariat avec l’Institut de sondage BVA, publie les résultats de son Baromètre des aidants. Ce Baromètre étudie la perception des Français quant à l’univers des aidants et leurs proches, leur profil, leur quotidien, leurs attentes et leurs besoins, en matière de santé, d’accompagnement ou de législation.

L’objectif de la Fondation APRIL est d’apporter un éclairage réaliste et mis à jour chaque année sur cette thématique en pleine expansion et encore impactée par de nombreuses idées reçues : peu d’hommes sont aidants, on aide seulement ses parents, les aidants doivent s’arrêter de travailler… et de démêler le vrai du faux sur tant d’autres affirmations.

On apprend par exemple que près d’un aidant sur deux est un homme, que la très grande majorité des aidants a moins de 65 ans ou encore que l’aide à un proche est essentiellement liée à une situation de dépendance due à la vieillesse et qu’en conséquence, la part des multi-aidants augmente. Il en ressort également que les impacts négatifs sont parfois surestimés par le grand public alors que les aidants les ressentent moins. Cependant, les pistes d’amélioration que proposent ces derniers sont nombreuses et montrent bien des attentes fortes vis-à-vis des pouvoir publics… bien au-delà du droit au répit instauré il y a quelques années.



Votre vie privée est importante pour nous.

Nous collectons uniquement des informations non sensibles sur votre navigation. Vous pouvez consentir à l'utilisation de ces cookies en cliquant sur ACCEPTER.